Vos emails

2004 / 1

Emails 2005 Emails 2008-2009
Emails 2006  
Emails 2007 Emails 2004 / 2


Certains e-mails qui nous sont envoyés peuvent être intéressants à plus d'un titre : ils contiennent des noms, des lieux, des anecdotes, des dates... et vos coups de coeur ! C'est pourquoi nous avons choisi de publier (sauf avis contraire) ceux d'entr'eux, les plus évocateurs.


28-10-2004
Bonjour à tous les amis de Albertville-Kalemie,

Je m'appelle Jean-Marie KATENTU NKOMANIA, prêtre du Diocèse de KALEMIE-KIRUNGU
aux études en Italie. Je m'adresse à vous tous car je suis convaincu qu'il
y a en vous un peu de nostalgie pour cette partie de l'Afrique. Je voudrais
vous inviter à ouvrir ensemble un forum où nous pourrions réfléchir sur
la vie et le futur de cette ville. J'attends vos réactions à cette idée.

Voici mes coordonnées :
Abbé Jean-Marie KATENTU NKOMANIA
Piazza Cristo Re 9
52042 CAMUCIA (AR)
ITALIA

Fax 0039 0575 630 523
Tél. 0039 347 33 23 550
e-mail: jeanmar1@vigilio.it

From: ingridkampas
To: albertville@be.tf
Sent: Wednesday, October 27, 2004 10:25 PM
Subject: Ops sud


Bravo pour votre site sur A'ville qui m'a fort intéressé. Il est très pratique, car il donne un diaporama des photos.
Je suis occupé à la rédaction d'un texte sur les opérations de l'armée congolaise autour d'Albertville en 64-66 et je recherche des photos d'avions du Wigmo et des navires "Ermens" et "Uvira". peut-être connaitriez-vous quelqu'un qui pourrait m'aider ?

JP SonckJe viens de recevoir des nouvelles de Benoît Benatar par l'entremise de sa soeur. Il va très bien, vit en Israël avec sa femme, ses enfants, et ses petits enfants. Quelle joie pour moi, de lui annoncer que le contact est établi. C'est un grand ami de mon père qui, malgré ses pertes de mémoire, me demande souvent si j'ai des nouvelles de Ben. Ils se sont perdus de vue depuis 40 ans. Sa soeur m'a demandé mon adresse afin qu'il puisse m'écrire.
Encore merci et, que ce site serve a retrouver des amitiés perdues ou oubliées.

Daniel Mahaux
20-10-2004Cher Jean-Pol,
Un tout grand merci encore pour les renseignements fournis pour retrouver une ancienne sœur, Sœur Paul de Chypre ayant vécu à Albertville dans les années 1963-1964. Grâce à l’adresse fournie, je viens de retrouver la trace de cette personne après plus de 40 ans.
Cette ancienne sœur se trouve maintenant dans une maison de retraite à la Côte d’Azur. C’était inespéré et grâce à ce site, j’ai pu aboutir.
Bien à toi,

Claudine Gilbert
19-10-2004

Cher Jean-Pol,
Un tout grand merci à toi pour tous ces renseignements.
Je vais en effet m’adresser aux sœurs de France avec l’adresse que tu m’as indiquée.
Parfois, je me demande ce que sont devenus tous les jeunes que nous avons connu.
Avec l’indépendance, nous avons tous été renvoyés en Belgique avec notre nostalgie. Fini la chasse aux papillons, fini la vie au grand air, fini la liberté. On a dû s’adapter, il est vrai que les gens d’Afrique s’adaptent partout. Enfin, après plus de vingt écoles différentes, j’ai quand même réussi à avoir un diplôme de comptable. Bien que je le dise moi-même, pas si mal finalement.
Nous sommes revenues mes deux sœurs et moi en 1965 là, nous étions à Kolwezi et on sentait que ça tournait mal. J’ai été arrêtée et c’est donc juste après que mes parents ont décidé de nous renvoyer.
Il y a quelques jours, un de nos amis d’Albertville, Pedros Terzakis, a envoyé sur le site Albertville deux photos.
Je suis sur la première avec mes deux sœurs et ma mère. Je suis la jeune fille avec une queue de cheval.
Pour info, je suis née en 1949.

Bien à toi et au plaisir de te lire,
Claudine (Gilbert)
13-10-2004

Chers anciens,
Je suis heureuse d’avoir découvert votre site. C’est avec grande émotion que j’ai pu me souvenir des bons et aussi malheureusement des mauvais moments. Mais les mauvais, on essaye de les oublier.
Mon père travaillait à l’Interfina, j’ai donc beaucoup voyagé au travers de ce merveilleux pays.
J’étais à Albertville juste avant l’arrivée des rebelles. Nous avons eu beaucoup de chance car nous n’étions plus que quelques jeunes filles européennes dans la ville. C’était dans les années 1963 1964.
A l’école Regina Pacis, il y avait une Sœur, sœur Paul de Chypre, toute jeune, elle a vécu les événements dramatiques de l’époque. J’ai appris que cette Sœur, avait quitté les ordres et devait vivre en France. Pourriez-vous m’aider à retrouver son adresse et son nom. A l’époque elle devait avoir pas plus de 25 ans.
J’aimerais également savoir ce qu’est devenu Yasmine Nazarali. Une indienne qui allait au cours avec moi. C’était ma meilleure amie.
Merci à vous,

Claudine Gilbert
12-10-2004

Bonjour,
Je suis la soeur d Annie Fauconnier et si je n'ai pas répondu plus tôt c'est parce que j'étais partie qqs jours en vacances. Dans ma classe, je me souviens de qqs noms : Jean-Pierre Stevens, le frère de Christian; Arlette Renesh, notre voisine et Patricia Parmentiez et de qqs prénoms sans plus et je me demande aussi si Jean-Marie Urbain n'était pas ds ma classe!!! Dans notre rue, il y avait aussi les Debroux, les Jouve,les Bourlon, les Aerts à Makala etc...
Est-ce que tu pourrais me dire quels vaccins étaient obligatoires pour se rendre au Congo Belge dans les années 1950?
Je fais une recherche là-dessus et par internet je n'arrive à rien et je ne sais pas où m'adresser en Belgique.
A part le vaccin contre la variole dont on garde une cicatrice, maman ne se souvient plus.
Peut-être y a t'il un site internet mais je ne suis pas vraiment douée avec l'informatique!!!
A bientôt

Christine Fauconnier
11-10-2004

Cher Jean-Pol,
Je suis désolée que le temps ait effacé ton nom de ma mémoire mais qu'importe, nos souvenirs communs nous on rapprochés.
........
Quant à nous, Jean-Pol, nous étions effectivement dans la même classe (j'ai retrouvé mon bulletin de 5ème en 59), je suis rentrée en Belgique faire ma 6ème. Je suis encore retournée à Albertville après l'indépendance et c'est à cette époque que j'ai mieux connu Liliane (Schrauwen), j'ai d'ailleurs qques photos avec elle et ses parents sur la plage.

Je me rappelle très bien aussi des filles Van Damme, Annie Fauconnier, Serge Henrotay. J'ai revu à Liège aussi Pierrot (Pharmacien à Liège) et Michel Vandendijck et leur maman.

Pour mieux me situer j'ai vécu le premier terme de 53 à 56 au quartier Mission. Le second au quartier Kindu et après 60 je vivais au building sur la colline CFL. Nous allions à la piscine tout en haut de la colline avec Annie, Clélia? (dont le petit frère a été dévoré par un croco) et d'autres... Mes souvenirs se bousculent, ma plume s'emballe, il y aurait tant de choses à raconter. C'est excitant et à la fois émouvant de pouvoir reparler de tout cela avec qqun qui a vécu la même époque.

En tout cas, à très bientôt sur le site, je n'ai pas de scanner pour les photos et documents mais je vais essayer de remédier à cela.

Bien des choses à toi et à tout ceux qui se rappellent de moi et de ma famille.

Claudine (DESTREE)
6-10-2004

Publié le 25 avril 2004.
Des nouvelles toutes récentes, la ville aujourd'hui…

Voici ce que nous écrit Denise MAHEHO, actuellement journaliste de Radio Okapi à Kalemie-même :
Je suis journaliste de radio okapi et vous pouvez nous capter sur www.radiookapi.net . Vous pouvez accéder au journal parlé de Kalemie.
La ville de Kalemie n’a pas la même image qu’il y a vingt ou trente ans. Malheureusement la cité se meurt.  Les avenues telles que JOUBERT, BRUXELLES, LORENCE...  sont devenues inaccessibles. Les érosions ont ravagé cette cite et la plupart des habitants se dirigent vers la rive droite de la rivière LUKUGA. Toutes les collines sont actuellement habitées, voila ce qui crée les érosions. Entre-temps, les grands sites sont encore visibles, tels que le lycée REGINA PACIS qui est devenu un institut secondaire qui abrite les sections pédagogique et coupe et couture.
Les canons placés sur la colline au-delà de la petite cathédrale Saint Albert lors de la guerre 14-18 sont une référence.

Publié le 19 avril 2004.
Notre site est visité… depuis Kalemie même !

Le Révérend GODEFROID MUYA LUMBALA, Pasteur de la Communauté pentecôtiste de Kalemie, nous écrit… Grâce à lui, nous pourrons avoir régulièrement des nouvelles fraîches, savoir ce que deviennent ces lieux que nous avons aimés. N'hésitez donc pas à nous communiquer toutes les questions que vous aimeriez lui poser : nous transmettrons, synthétiserons, et placerons ses réponses sur le site. Il va nous envoyer des photos et même peut-être des documents vidéo. Il est prêt, nous dit-il, à photographier les maisons que nous lui indiquerons. À bon entendeur… Merci à lui pour ce petit clin d'œil de "chez nous" et ces nouvelles qui, certainement, en feront rêver plus d'un.
Voici déjà les réponses aux premières questions que nous lui avons posées.

Le Révérend Muya Lumbala est pasteur d'une communauté nommée Assemblée Pentecôtiste, qui se situe au numéro 79 de l'ancienne avenue Storms (actuelle avenue Lumumba). Il est marié et père de 8 enfants (4 garçons et 4 filles). Son domicile, nous dit-il, se trouve au "quartier DAV nouvelle Q, au bord du Lac, du côté de l'ancien aéroport. Il est gérant aux établissements REBELO, qui s'occupent de la navigation sur le Lac, avec 4 bateaux reliant Kalemie à Moba et Kalemie à Uvira.
La vie au Katanga et particulièrement à Kalemie est très détériorée, nous dit-il, notamment à cause du fait que de très nombreuses sociétés ont fermé leurs portes. Les services postaux ne sont plus opérationnels; c'est ainsi que l'adresse postale du Pasteur est une boîte postale à Kigoma. "Malgré les mouvements des trains, des bateaux et même des avions, la poste n'est pas encore organisée. Le pays est encore déchiré". Notre ami possède cependant un téléphone cellulaire.
Les anciens quartiers ont vieilli, les maisons sont dans un triste état, nous écrit-il. Il y a des petits commerçants qui se débrouillent comme ils le peuvent. Il n'y a plus de boucherie. En ville, les européens ont été remplacés par une population arabe, indienne, grecque…
Le CFL s'appelle maintenant SNCC; la gare est détériorée, de même que le port qui ne compte plus qu'une seule grue en état de fonctionner. Le lac est sillonné de bateaux privés car l'ex CFL "n'a plus de force".
Les plages sont toujours là, mais non opérationnelles.
Le village des pêcheurs existe toujours.
La Kakomba dont tous les anciens élèves de l'athénée se souviennent, ce "nouveau quartier" qui abritait notamment les professeurs de l'Athénée et par lequel passait notre bon vieux bus, après un escarpement inquiétant, est inaccessible : il n'y a plus de route qui y conduit.
Sur le plan religieux, la ville compte actuellement 78 communautés protestantes. La Lubuye (rappelez-vous : la Mission dans laquelle résidaient les Pères blancs, qui comportait une école technique et, notamment, d'excellents et renommés ateliers de menuiserie) a été pillée par les Rwandais. Bancs, fenêtres, etc., ont été utilisés comme bois de chauffage. Les Pères blancs sont encore sur place cependant, et aussi des religieuses qui sont en train de construire l'hôpital de la congrégation salésienne MIVA, de l'autre côté de la Lukuga.
Toute la section "textile" de la Filtisaf est fermée, mais le garage fonctionne avec une vingtaine de personnes. "Dans l'enclos sont logés les Onusiens" nous écrit le Révérend, qui ajoute qu'il y aussi une école privée (l'ancien Athénée peut-être ?)
La situation politique actuelle n'est pas tellement bonne, explique notre correspondant. On attend la réunification totale du pays; les militaires ne sont pas payés.
 
Notre ami nous explique qu'il a ouvert un petit centre d'informatique qui compte deux machines, afin d'aider et d'occuper ceux qui en ont besoin, comme les handicapés physiques, les filles "qui ont raté leur vie". Kalemie n'a pas de réseau Internet, le Révérend communique avec nous grâce à l'aide d'un ami de la Monuc. Il serait heureux que nous l'aidions, éventuellement par l'envoi de livres via Kigoma, voire de matériel informatique. Nous allons réfléchir à tout cela, voir ce que nous pouvons faire, et comment. Notre "communauté internautique et albertvilloise" va se développer… Pourquoi ne pas laisser, comme il nous le demande, "une empreinte dans notre patrie"?

From : jp.cornu
Sent : 11-01-2004 07:12
Subject RE: Daniel Mahaut - Albertville

Bonjour !

Mieux vaut tard que jamais. J'ai également fréquenté le Regina Pacis de 1955 (2ème année) à 1959 (5ème année). Ce n'est qu'il y a deux jours seulement que je suis tombé sur tous ces merveilleux sites évoquant le Congo d'alors. Quel émerveillement depuis!

Et voilà qu'en parcourant les sites plutôt orientés sur Kolwési, Lubumbashi et Likasi, je tombe sur un ancien d'Albertville (ville de loin plus modeste, en comparaison).

Mes parents vivaient à Bendera (construction de la centrale hydroélectrique de la Kyimbi destinée à alimenter les filatures Filtisaf d'Albertville, entre autres), un petit poste situé à environ 120 km au nord d'Albertville où il n'y avait pas d'école. J'étais donc pensionnaire au Regina Pacis. Je ne rentrais qu'aux vacances de Noël, Pâques et grandes vacances.

En pièce-jointe tu reconnaîtras le Regina Pacis tenu par les Soeurs Blanches missionnaires de N.D. d'Afrique, magnifique établissement où j'ai laissé une partie de moi-même, à jamais. J'ai encore en mémoire certains noms de soeurs : la soeur Supérieure "Mère Georges de Capadoce" de son nom de jeune-fille Yvonne Ruelle (elle vient de décéder), soeur Paul-Philippe, soeur Rosine, soeur Séraphia. Comme nom d'élèves: Francis LAMARQUE, Nicole MAGUIN, Willy JUSTER, Hélène CLOCHETTE, Monique BELVA, Marie-Paule JOARIS, Arlette THIEBAUT (une "grande" de 6ème au moins!), Philippe VAN VYVE, Hector FIXMER, Jean-Pierre BELLO, Patrick BELLO, Jean-Pierre NAVEZ, Jean-Claude LECOMTE, Giovanni OLIARO, Judith ISRAEL, Josiane DEPREZ, HUSSAIN (le fidèle copain hindou, qui me refilait ses chewing-gums déjà mâchés!), Serge HENROTAY , les PAPAGEORGIOU, Christian DE DONCKER (dont le papa s'est tué avec un petit avion de tourisme). Comme enseignante: Mme Warzée, Mme NAVEZ (qui a habité à Waterloo et que ma mère rencontrait régulièrement). Tout cela te rappelle-t-il quelque chose?

De la ville, par contre, mes souvenirs se limitent à l'Hôtel du Lac, à Sarma (juste à côté), à l'Hôtel Résidence, le Palace Hotel, l'hôpital des européens, la cathédrale, le bassin de natation, le camp militaire non loin de Regina Pacis, l'aérodrome (ancien), la gare et le monument au Roi Albert inauguré par la Reine Elisabeth en 1958. En effet, comme pensionnaires, nous n'avions que trop rarement l'occasion de nous rendre en ville - je me souviens toutefois avoir été, avec tous les pensionnaires de l'école, défricher à la main (!) un terrain appartenant à dieu sait qui le long de l'avenue Storms sous la houlette d'une surveillante (la main d'oeuvre gratuite, ça existait déjà à l'époque).

Voilà tout ce qui me revient d'un seul coup de cette époque. J'espère que tu m'en apprendras bien d'autres, et que d'autres personnes liront ce message à leur tour en espérant qu'ils se manifestent, eux aussi. Quelle perspective!

Jean-Pol Cornu
11.01.2004

Emails 2005 Emails 2008-2009
Emails 2006  
Emails 2007 Emails 2004 /2